EN
Bio

MIKE WARD

Le « Next Level » du stand-up au Québec!


Mike Ward est un des humoristes les plus respectés de sa génération. Il a réussi à amener l’humour corsé au grand public et à aider à faire évoluer le stand-up au Québec.



Diplômé de l’école de l’humour Mike a apprit son métier sur le tas, dans les bars. De 1993 à 1998, il a fait plus de mille spectacles, a poussé les limites et est devenu une véritable star underground. Il brisait des records d’assistance partout où il se produisait. Ce n’était pas rare d’attirer plus de 2000 personnes lorsque Mike était la tête d’affiche des Lundis Juste pour rire au Dagobert de Québec.



Mike s’est fait connaître dans les bars avec son humour osé, mais c’est grâce à ses talents d’écriture qu’il s’est fait connaître du milieu. Il est responsable pour quelques classiques de la comédie québécoise, dont L’ode à la femme ordinaire qu’il a écrit pour Patrick Huard.


Un artiste qui se démarque

C’est en 2002 que le Québec découvre Mike avec son numéro A va revenir, numéro qui lui a mérité d’être proclamé Révélation du festival Juste pour rire.



En 2004, avec une dizaine d’années d’expérience, Mike sort son premier one-man-show Haïssable, spectacle qui a élargi son public et qui lui a mérité l’Olivier Performance scénique de l’année en 2005.



L’année suivante les Gémeaux lui ont décerné le prix Meilleure interprétation : Humour pour son rôle de Chabot dans la série l’Gros Show.



En 2007 Mike fini d’écrire son deuxième one-man-show qui ne verra jamais le jour. Il l’a écrit, testé et rôdé dans les bars. Ça marchait, le public adorait mais Mike n’était pas heureux, en fait il n’était pas satisfait. Mike avait évolué en tant qu’humain mais il sentait que son humour était resté en 2002. Il décide de tout abandonner et repartir à neuf.



Il se cherche en tant qu’artiste et se trouve en faisant des shows en anglais, par simple plaisir. Ça devient son espèce de “hobby”. Michel Barrette achète des autos, Mike Ward fait des shows en anglais.



À partir de 2008 son « hobby » prend plus de place dans sa vie. Aussitôt qu’il n’a pas de spectacle au Québec, il en profite pour faire des shows à l’extérieur du pays. Au fil des ans il a fait des spectacles à New York, Berlin, Londres, Dubaï, Paris, Barcelone, Dublin, Amsterdam, Port-Au Prince, et Los Angeles pour ne nommer que ceux là.



En 2015 on lui offre l’animation du Nasty Show dans le cadre du festival Just For Laughs. Le Nasty Show c’est l’ultime show “hard” où les meilleurs humoristes de la planète présentent leur matériel le plus corrosif. Mike a partagé la scène avec Louis CK, le plus grand stand-up américain, et Jimmy Carr, la plus grande star de l’humour britannique. Une captation du spectacle sera diffusé au mois de novembre 2015 sur le réseau Showtime au États-Unis, le même réseau qui nous a amené Dexter, Homeland et Californication. Ce sera la première fois qu’un numéro de Mike sera présenté à la télévision américaine, lui qui a vu ses monologues sur la télé canadienne, britannique, irlandaise, écossaise et australienne.


Jouer en anglais aurait pu enlever à sa carrière francophone mais ça a eu l’effet contraire, ça l’a fait évoluer en tant qu’artiste. Son one-man-show s’eXpose était beaucoup plus fort que tout ce qu’il avait fait dans le passé et CHIEN va encore plus loin que s’eXpose.



Mike a réussi à vendre autant (même plus) de billets que bien des humoristes grand public. Il l’a fait sans compromis grâce à la puissance de ses “punchs” et sa bouille sympathique.



Mike est une bonne personne avec un humour méchant, c’est pour ça qu’on l’aime. Il vient tout juste de gagner un prix humanitaire pour le travail qu’il fait auprès des handicapés, le prix Antoine attribué par ComédiHa. Prix qui venait avec une bourse de 5000 dollars que Mike a choisi de verser à un organisme qui va creuser un puit dans l’Afrique de l’Est.



Sur le puits Mike a demandé de mettre une plaque disant:




“Des jokes sales ont payé pour votre eau propre.”


X